Le pouvoir des castors

Résumer cette semaine d'entre-deux tours des régionales par le mot « barrage » est terrible mais pourtant objectif. Alors que le peuple s'apprête à élire démocratiquement les conseils régionaux, voilà qu'il doit aussi, sur ce même précepte démocratique, « barrer la route » au Front National, actuellement vainqueur du premier tour (28 % des votes exprimés). Cette consigne, matraquée à l'ensemble des français (barrage lundi, barrage mardi, barrage mercredi, barrage...), serait presque à elle seule le sixième pilier de l'islam, le onzième commandement du judéo-christianisme et, tant qu'on y est, un nouvel article de la déclaration universelle des droits de l'homme.

Dans le règne animal, il n'y a guère que le castor capable de construire une telle œuvre. Ses motivations sont d'ailleurs vitales : préserver l'habitat et se protéger des prédateurs. S'il fallait totémiser nos médias et partis politiques, le castor accéderait haut la queue au podium des animaux fétiches ! On imagine déjà les totems : les centristes, castors constipés du système, copineraient avec les castors fuyards, autoproclamés républicains ; les socialistes, castors chevaliers de l'utopie, logeraient tant bien que mal avec leurs amis castors bohèmes, membres de la secte écologiste ; les anticapitalistes, castors hargneux de la famille post-prolétaire, construiraient leur propre barrage à quelques mètres seulement du barrage principal, lui-même assemblé par les castors précités. Les médias publics, castors besogneux aux ordres d'un gouvernement maniaco-répressif, partageraient leurs intérêts avec une presse aux allures de castor sournois, dirigée par des milliardaires insoucieux du bien commun.

Inutile de vous dire qu'avec une telle concentration de castors, le vainqueur du premier tour, considéré comme le prédateur à abattre, est contraint de se frayer un chemin sur une autoroute démocratiquement jonchée de péages antidémocratiques.

Doit-on subir cette castorisation de la France ? Peut-on dignement laisser les clefs du pouvoir à des rongeurs barricadés, bouffeurs de mixité sociale (alibi de l'entre-castor pour préserver la caste), d'impôts et de brindilles sèches ? Ils prédisent le péril brun et le retour aux « heures sombres de l'histoire » mais eux-mêmes ni croient pas, ils usent ces clichés fascisants comme antivirus d'un logiciel endogame. Où sont les hordes paramilitaires qu'ils nous promettent ? Entendez-vous des arguments factuels sortir de leurs gueules ensciurées ? Observez-vous la liberté de penser ? Combien de sujets sont interdits, combien de mots sont susceptibles de vous envoyer au tribunal ? D'ailleurs, ces donneurs de leçons de république ne font que privatiser le pouvoir en le cernant de douves idéologiquement antinationales. N'est-ce pas, justement, le contraire de la république : res publica, la chose publique.

Il est grand temps de déloger ces castors et de leur briser les dents par les urnes ! La France a plus besoin de lions et de renards que de queues plates faiseuses de chômage, d'immigration et de barrages…

Oui au pluralisme, non au castorisme !

coloriage-castor-10.jpg

En complément, un extrait du Prince de Machiavel.

Le prince devant donc agir en bête, tâchera d'être tout à la fois renard et lion : car, s'il n'est que lion, il n'apercevra point les pièges ; s'il n'est que renard, il ne se défendra point contre les loups ; et il a également besoin d'être renard pour connaître les pièges, et lion pour épouvanter les loups. Ceux qui s'en tiennent tout simplement à être lions sont très malhabiles.

Palmyre express !

palmyre2.jpeg

Pendant que l’État Islamique dévore Palmyre, l'un des plus importants foyers culturels du monde antique, l'oligarchie médiatique et politique célèbre le festival de Cannes en smoking. Parallèlement, l'Europe fête aujourd'hui la nuit européenne des musées afin, dit-on, d'offrir un contexte privilégié... >> Lire la suite

Être française, Être français

La Fondation Polémia nous livra en début d'année deux formidables vidéos sur ce qu'est être française et français. À voir, à partager ! Osons affirmer que la femme française, européenne, a une histoire et un destin à défendre contre vents et marées ! Être français, c’est être de langue française ; «... >> Lire la suite

Trop-plein d'immigration, une malchance pour la France

S'il y a bien un phénomène récurrent et traversant les décennies, c'est celui de l'immigration de masse. L'année 2014 se termine malheureusement par un cargo à la dérive – la dernière odyssée migratoire selon Le Monde[1] – transportant 768 migrants provenant de Syrie selon Le Figaro[2]. L'Italie... >> Lire la suite